•  
  •  

Technique

Présentation technique de l’orgue

C’est un instrument à claviers et tuyaux, chacun d’eux constituant un instrument à vent capable de produire un son unique.

La console où se tient l’organiste supporte les claviers manuels (de 1 à 5)

  • le grand orgue

  • le positif

  • le récit pour les solos

  • le clavier de bombarde pour les anches puissantes

  • le pédalier qui réalise les voix de basse.

Derrière le buffet d’orgue se trouvent, d’une part, la soufflerie (vaste réservoir d’air comprimé) et des conduits qui distribuent l’air aux différents sommierscorrespondant aux claviers ; d’autre part, la mécanique de transmission qui permet à l’organiste de choisir les tuyaux qu’il veut faire parler. Lorsqu’il appuie sur une touche de clavier, il actionne une soupape qui fait communiquer l’air contenu dans la laye du sommier avec la gravure correspondante. Seuls les tuyaux dont on a tiré le registre (réglette mobile percée de trous) peuvent parler.

separatioon-amis-de-l-orgue-d-ancinnes

tehnique-orgue-1

tehnique-orgue-2

fin-separation-amis-de-l-orgue-d-ancinnes

 

Le chiffre associé à un jeu indique la longueur du tuyau le plus grave et permet de le situer dans l’échelle sonore.
Les tuyaux sont en étain ou en bois et diffèrent par leur forme et leur embouchure.
L’orgue comporte 15 jeux répartis entre 2 claviers manuels et un pédalier à 2 pédales de 13 notes. 850 tuyaux.
Sur le clavier principal ou grand clavier, sont groupés les jeux les plus brillants.

Doté de plein jeu, c’est-à-dire composé de trois tuyaux par touche, ce qui donne une brillance exceptionnelle. Ce jeu-là est conservé intégralement dans l’orgue d’Ancinnes et l’effet produit nous rapproche de l’époque du Grand Siècle (18ème) apogée des orgues françaises.

 

separatioon-amis-de-l-orgue-d-ancinnes

tehnique-orgue-3fin-separation-amis-de-l-orgue-d-ancinnes

Le second clavier est un clavier de solo, clavier de récits enfermés dans une petite boîte avec des lamelles qui permettent de diffuser le son de manière plus ou moins forte. Ces jeux-là : bourdon, flûte, flûte traversière, solo, cornet, sont des jeux de détail.

On trouve aussi les jeux de hautbois inventés vers 1798 par Cliquot, grand maître facteur d’orgue. On trouve également dans ce clavier les jeux de voix célestes, de viole de gambe, timidement installés dans ce demi-clavier qui commence au Fa².

Quatre pédales de tirasse :

  • 1ère à double effet : accouplement ou désaccouplement des claviers manuels

  • 2ème : appel du jeu fort (Bourdon 16, Nasard, Doublette, Fourniture, Trompette)

  • 3ème : suppression de la 2ème

  • 4ème : ouverture des lames de la boîte du récit.

Une soufflerie manuelle

Une soufflerie électrique
fin-separation-amis-de-l-orgue-d-ancinnes